La proportionnelle : un enjeu décisif.

La commission des Lois de l’Assemblée va créer mercredi une mission « chargée d’apprécier les incidences d’une évolution du mode de scrutin des députés », alors que le débat est vif sur le niveau de proportionnelle à introduire dans la réforme des institutions. Cette mission « flash » -c’est-à-dire dont les conclusions devront être rendues d’ici un mois, pour pouvoir contribuer au débat sur la réforme du mode de scrutin-, sera confiée au LREM Christophe Euzet et à un LR non encore connu.

Dans ses pistes de réforme des institutions, l’exécutif a pour l’instant évoqué l’introduction d’une dose de proportionnelle de « 10 à 25% » aux législatives lorsqu’il a reçu, pour consultation, les groupes parlementaires ces deux dernières semaines à Matignon. Dans la majorité, les députés LREM sont divisés entre ceux qui défendent 25%, comme le président de l’Assemblée François de Rugy, et ceux qui pressent pour un taux bas, l’allié MoDem plaidant pour 25%. Les petites formations restent ardemment pour la proportionnelle, et la présidente du FN mais aussi le président de l’UDI se sont déjà élevés contre un taux possible autour de 10%. Enfin, LR est contre, et les socialistes réticents.

Par ailleurs, la fondation de centre gauche Terra Nova a publié lundi un rapport dans lequel elle estime que cette dose « devrait se situer entre 25% et 50% des sièges de l’hémicycle pour espérer améliorer la représentativité de l’Assemblée nationale ». « En dessous de 25%, la réforme n’aurait sans doute que des effets symboliques », écrivent les auteurs de ce rapport, parmi lesquels Marie-Anne Cohendet, professeure de droit constitutionnel à l’université Paris 1 ou Jean-François Laslier, directeur de recherche au CNRS en économie. Faisant différentes simulations, le think-tank calcule que dans une Assemblée réduite à 400 députés (300 élus en circonscription et 100 à la proportionnelle) comme l’envisage l’exécutif, le FN aurait disposé de 20 sièges (au lieu de 8 sur 577) avec son résultat aux législatives de 2017 (13%). Dans cette hypothèse, LREM aurait eu 198 députés sur 400 et aurait dû compter sur le Modem (27 députés) pour avoir la majorité absolue, alors que le groupe est actuellement majoritaire à lui tout seul. N’est-ce pas la limite d’une surdose de proportionnelle. Les forces politiques évoluent dans le temps et simuler à partir d’aujourd’hui peut entraîner des erreurs lourdes de conséquences. Le mode de scrutin législatif est engageant et peut rapidement, s’il est mal conçu, paralyser les institutions. Les leçons des récentes élections législatives allemandes et italiennes devraient conduire à refréner les ardents défenseurs de toujours plus de proportionnelle… Il faut inclure le temps long dans la réflexion sur le mode de scrutin. Jamais se contenter du temps court. 

Les commentaires sont fermés.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer