Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec

Le gouvernement a mis en échec des tentatives de députés pour rendre obligatoire dans le cadre de la discussion du projet de loi « égalité et citoyenneté » le vote et abaisser l’âge pour voter à 16 ans. Une sortie heureuse pour des dispositions populaires certes mais très imprudentes et peu étayées sur le fond hormis les traditionnels sirènes de la démocratie ressourcée.

« Sur le vote obligatoire et la reconnaissance du vote blanc parmi les suffrages exprimés, des amendements étaient portés par le radical de gauche Jean-Noël Carpentier et Arnaud Richard (UDI), un amendement de l’écologiste François de Rugy visant aussi à rendre le vote obligatoire.

Le ministre de la Ville et de la Jeunesse Patrick Kanner a notamment estimé que l’instauration d’un tel vote obligatoire poserait des problèmes « tant sur le plan des principes mais aussi sur le plan pratique et constitutionnels », la rapporteure Valérie Corre (PS) jugeant de son côté que « la méthode coercitive » ne règlerait rien face à l’abstention.

Plus globalement, M. Kanner a souligné que « changer les règles à un an d’un scrutin ce n’est pas la tradition républicaine dans notre pays ».

L’écologiste Noël Mamère, M. Carpentier et Elisabeth Pochon (PS) ont aussi défendu des amendements pour autoriser le vote dès 16 ans. « Ce n’est pas une idée folle » a souligné M. Carpentier, estimant que « la jeunesse a changé et que la maturité s’est développée » et soulignant que de nombreux pays ont déjà adopté une telle réforme comme « le Brésil, l’Ecosse, l’Argentine, l’Autriche… ». M. Mamère y voyant un moyen de « réconcilier la jeunesse avec la citoyenneté ».

La rapporteure Valérie Corre a rétorqué que si « la question de la place des jeunes dans la société est une vraie question », là encore cela méritait « un débat national » qui « dépasse notre enceinte ».

Le rapporteur général Razzy Hammadi (PS) s’est dit à titre personnel « plutôt favorable », mais s’est demandé si c’était « maintenant à 30 ou 40 parlementaires » qu’une telle question devait être tranchée, estimant que le sujet devait être « inscrit à l’ordre du jour de la prochaine présidentielle ».

Des amendements sur le non-cumul des mandats dans le temps de Colette Capdevielle (PS) et d’écologistes ont aussi été retoqués, M. Kanner se félicitant que le débat soit ouvert sur ce sujet dans la perspective de la campagne présidentielle, mais jugeant là encore qu’il n’était pas possible d’aller « aussi vite » que ce que souhaitaient les députés. »

Les commentaires sont fermés.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer