EU. La cour suprême et twitter

Un avocat américain a découvert mardi que la Cour suprême des Etats-Unis, qui examine depuis le début de la semaine la constitutionnalité de la réforme de la santé, n’était pas du tout disposée à ce que ses débats soient relayés sur le site de microblogging Twitter.

Casey Mattox, inscrit au barreau des avocats admis à la Cour, souhaitait informer en temps réel ses abonnés.

C’était sans compter la politique très ferme de la Cour suprême, qui proscrit les caméras, les équipements d’enregistrement et plus globablement tout moyen de communication électronique dans la salle d’audience et dans la salle adjacente où les débats sont retransmis en circuit fermé.

Mattox se trouvait dans cette deuxième salle, dont il sortait de temps à autre pour diffuser son compte rendu en temps réel.

Les journalistes présents n’ont droit à qu’un stylo et à un bloc de papier, et rien ne doit filtrer des échanges tant que la séance n’est pas levée afin de maintenir le prestige de la Cour et limiter toute influence médiatique sur le cours des débats.

Mattow, qui tweetait en se servant des mots clefs ObamaCare, le surnom de la réforme, et SCOTUS, l’acronyme anglais pour Cour suprême des Etats-Unis, a été repéré par le service d’ordre de la juridiction et prié de cesser son « live-tweet ». Il s’est conformé à l’injonction sans protester.

Source : Reuters

Les commentaires sont fermés.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer