EU en « guerre » contre l’ »Etat » Islamique. Pouvoirs du Congrès.

Barack Obama pourrait obtenir assez rapidement l’autorisation du Congrès américain pour armer les rebelles syriens. Mais sa stratégie globale contre l’État islamique (EI), ou sur une organisation terroriste qui se prétend être « Etat », ne fait l’objet que d’un consensus politique mou, et les parlementaires ont averti qu’ils exerceraient leurs prérogatives constitutionnelles.

L' »État islamique » n’est pas un État mais une organisation terroriste. Reprise d’une dénomination abusive.

Le Pentagone ne peut pas décider de son propre chef d’expédier des équipements à l’Armée syrienne libre, ou de former des milliers de ses combattants. L’exécutif a besoin d’une autorisation parlementaire, et Barack Obama semblait avoir au moins convaincu les dirigeants du Congrès, républicains et démocrates, de le suivre.

Un vote positif, peut-être dès mardi à la Chambre, serait logique, car républicains et démocrates se sont en fait déjà mis d’accord à trois reprises cette année pour autoriser un plan d’aide aux rebelles – des mesures qui attendent depuis des mois d’être soumises à un vote. Mais les parlementaires n’ont pas l’intention de laisser Barack Obama faire usage de la force indéfiniment en Irak et en Syrie.

Aux États-Unis, c’est le Congrès qui déclare les guerres. En 2001, trois jours après les attentats du 11-Septembre, à défaut de déclaration de guerre formelle, il avait voté une « autorisation d’usage de la force militaire » toujours en cours, à la définition très large, valable contre les « pays, organisations ou personnes » ayant participé aux attentats, ou abrité de telles organisations et personnes, c’est-à-dire Al-Qaïda.

La Maison-Blanche affirme que cette autorisation s’applique à l’EI, descendant d’al-Qaïda, mais cette interprétation est contestée.

Le débat illustre l’immense pouvoir du Congrès en défense et en politique étrangère, face au président des États-Unis.

Combien de fois l’exécutif ne s’est-il pas fait rebuter par les parlementaires ? Ils ont interdit le transfèrement de détenus de Guantánamo aux États-Unis, enterrant la promesse de campagne de Barack Obama de fermer la prison. Ils ont mis en oeuvre les derniers volets de sanctions contre l’Iran, et menacent d’en imposer de nouvelles. Il y a un an, le Congrès a tué le projet de frappes aériennes en Syrie.

Les élus ont lancé un avertissement le 25 juillet. Par 370 voix contre 40, la Chambre a adopté une résolution non contraignante contre l’envoi de troupes pour combattre en Irak. Les parlementaires sont pourtant quasi-unanimes à appeler à l’anéantissement des djihadistes de l’EI, un but partagé par une majorité d’Américains, selon des sondages du Wall Street Journal et du Washington Post publiés cette semaine, dans la foulée des décapitations des journalistes James Foley et Steven Sotloff. Mais ils entendent limiter les contours, voire la durée, d’un conflit qui pourrait durer plusieurs années, afin d’éviter un nouveau bourbier.

L’ordre du jour de la session parlementaire de novembre et décembre, après les législatives du 4 novembre, devrait donc inclure une nouvelle autorisation d’usage de la force « sur-mesure », selon Robert Menendez, président démocrate de la commission des Affaires étrangères du Sénat. Mais l’imprévisibilité du Congrès, divisé entre une Chambre républicaine et un Sénat démocrate, est notoire. Les républicains voudront éviter toute apparence d’un vote de confiance à un président dont ils n’ont de cesse de déplorer la nullité et la passivité sur la scène internationale.

Les commentaires sont fermés.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer