Elections sénatoriales 2017. Règles du jeu et enjeux.

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestPrint this pageEmail this to someone

Les élections sénatoriales ont lieu dimanche pour renouveler la moitié des élus de la seconde chambre. Dernier round d’un processus électoral qui a profondément bouleversé le paysage politique en cette année 2017.
Seuls 76 359 « grands électeurs » sont appelés à voter dans les 38 départements métropolitains et six départements et collectivités d’outre-mer concernés, auxquels s’ajouteront six sièges des Français hors de France et un siège vacant. 171 sénateurs, sur un total de 348, doivent être renouvelés cette année pour un mandat de six ans.
Ils sont élus au scrutin majoritaire à deux tours dans les départements qui élisent un ou deux sénateurs (35 sénateurs au total) et à la proportionnelle au-delà (136).
Un scrutin indirect qui favorise habituellement la stabilité au Sénat, à majorité de droite depuis 2014. Le corps électoral composé principalement d’élus locaux (maires, conseillers municipaux, régionaux ou départementaux) reflète donc les résultats des municipales 2014 remportés par la droite.
Un nombre record de 1 996 candidats est en lice. Ils ont une moyenne d’âge de 54 ans et 45,5 % d’entre eux sont des femmes, qui n’occupent actuellement que 27 % des sièges au Sénat. Mais l’afflux de prétendants signifie aussi plus de dispersion, avec une multiplication des listes dissidentes. À Paris, pas moins de 13 listes ont ainsi été déposées pour 11 sièges à pourvoir.
Si le scrutin de dimanche ne devrait pas bouleverser les équilibres, le renouvellement du Sénat est en revanche assuré, avec 43 % des sortants qui ne se représentent pas. Les sénatoriales 2017 marquent enfin la fin des « sénateurs-maires ». La loi sur le non-cumul des mandats s’appliquera en effet dès le mois d’octobre à l’ensemble des sénateurs, élus, réélus ou en cours de mandat.

Gérard Larcher, président du Sénat de 2008 à 2011 et depuis 2014 est seul candidat à sa propre succession.
Les départements concernés par le scrutin vont de l’Indre-et-Loire (37) aux Pyrénées-Orientales (66), avec l’Ile-de-France, la Guadeloupe, la Martinique, La Réunion, Mayotte, Saint-Pierre et Miquelon et la Nouvelle-Calédonie.

Les commentaires sont fermés.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer